Des vacances inoubliables à Prague

Dès mon arrivée à Prague, grisée par la curiosité et l’émotion, je parvins à lutter contre la fatigue du voyage, ou du moins à la repousser de quelques heures, pour commencer mes excursions.pont charles prague
J’avais souvent entendu parler du Pont Charles et je décidai de m’y rendre. Sur les quais, la promenade fut extrêmement agréable et, apparemment, une foule de passants et de touristes partageaient mon sentiment. Çà et là, des musiciens et autres artistes des rues attiraient l’attention des badauds. Au bout du pont, on m’indiqua des escaliers avec une place charmante à visiter et un petit parc très sympathique où je fis une petite halte. Je traînai ainsi quelques heures le temps que mon esprit commence à atterrir en douceur et à réaliser les paysages magnifiques qui s’offraient à lui.
Sur cette lancée, je ne pouvais me résigner à chercher déjà un logement pour la nuit. Je tenais trop à vivre une de ces fameuses soirées nocturnes à Prague. Après une petite croisière, d’une heure environ, sur le fleuve, au départ du pont Charles, je m’attablai dans le premier restaurant que je rencontrai. Puis, je n’eus que l’embarras du choix face au large éventail de bars et de pubs animés. Je remarquai au passage que les pragois sont extrêmement chaleureux et accueillant envers les étrangers.

Pour la suite de mon séjour, je ne pouvais contourner l’incontournable : le célèbre château de Prague avec sa relève de gardes si typique. Je passai ensuite le reste de la journée à me promener entre la vieille ville et le quartier juif.  C’est un quartier chargé d’une histoire extrêmement riche, datant du Moyen-Age. Je visitai l’ancien cimetière juif, les différentes synagogues. Je pus également monter au sommet de la tour de l’hôtel de ville.

pragueLà, la vue est époustouflante. Ce qui frappe surtout, c’est l’architecture des habitations. Je m’arrêtai déjeuner dans un petit restaurant, bien que les prix pratiqués aux alentours de la vieille ville soient particulièrement élevés et surtout destinés aux touristes. Le lendemain, je retournai aux alentours du pont Charles dont je n’avais pu venir à bout le premier jour de mon séjour, pour y découvrir, non loin, la rue Mostecka, au bout de laquelle se trouve l’église Saint-Nicolas. L’entrée est payante mais la visite en vaut le détour. L’intérieur de l’église est vraiment splendide. D’autres visiteurs m’expliquèrent que Mozart aurait joué de l’orgue dans cette église. Le dernier jour de mon séjour ne fut pas sans une certaine émotion. Je le passai dans le quartier Nove Mesto, qui signifie “nouvelle ville”. Je fus très intriguée par un petit musée situé dans la rue Na Prikope et retraçant l’histoire du communisme tchécoslovaque de 1921 à 1989.
Je marchai ensuite en direction de la rue Narodni, offrant un spectacle de magnifiques sculptures modernes. Je continuai ma visite jusqu’au théâtre national, au bout de la rue. J’eus encore le temps, en sortant de la rue et en traversant le quai Masarykovo, d’apercevoir le fameux immeuble Ginger et Fred avec son architecture on ne peut plus originale et son aspect “dansant”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*